Simulation Air Soft

Projet SECOIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Projet SECOIA

Message  marcwolf le Ven 20 Sep - 6:42

http://i75.servimg.com/u/f75/14/16/37/49/secoia10.jpgSECOIA est un programme français de destruction des munitions chimiques anciennes. C'est l'acronyme de « Site d’Élimination des Chargements d’Objets Identifiés Anciens ».
Parmi les séquelles de guerre, des armes chimiques, datant pour beaucoup de la Guerre 14-18, réapparaissent régulièrement pour des raisons géologiques et climatiques, lors d'activités agricoles, forestières, de pêche ou de travaux publics ou privés. Il en existe également un grand nombre immergées en mer, où elles peuvent encore poser problème.
Il faut les détruire par sécurité, et pour respecter les obligations de la Convention internationale pour l’interdiction des armes chimiques (CIAC) du 2 mars 1995, entrée en vigueur le 29 avril 1997.

Jusqu’en 1994, les munitions anciennes découvertes en France étaient transportées par les démineurs pour être détruites par "pétardage" en baie de Somme, c’est-à-dire par explosion sans distinction de type (chimiques ou autres) et malgré la présence sur place d’espèces protégées (dont une colonie de phoque en cours de reconstitution).
Ce type de destruction était assimilable à une forme de rejets de déchets toxiques en mer et est maintenant interdit. L’État français a donc décidé en 1997 la construction d’une usine (SECOIA), unique en France, qui devait être opérationnelle en 2008, soit 9 ans après la Belgique et 8 ans après l'Allemagne.
http://i75.servimg.com/u/f75/14/16/37/49/ech21210.jpg
SECOIA devrait finalement être opérationnel en 20162 ou fin 20153. Une enquête publique est prévue dans la Marne et dans l'Aube en mars-avril 20134.
Prévu pour environ 30 ans, le projet est confié à la DGA1 en 1997. Les munitions seront collectées et conduites à l’usine en camions blindés par le ministère de l’intérieur, par les démineurs de la Direction de la défense et de la sécurité civiles (DDSCGC). Le Ministère de la défense est responsable du stockage, du démantèlement et de l’élimination des déchets toxiques résiduels. A l’horizon 2007, il était estimé que le stock de munitions chimiques terrestre (compte non tenus des stocks sous-marins) serait de l’ordre de 250 tonnes.

En Allemagne et en Belgique, des installations similaires fonctionnent depuis plusieurs années, mais avec des limites en matière de capacité et nécessitant des interventions humaines à proximité des munitions, voire à leur contact. En France, une quinzaine de personnes devraient suffire à faire fonctionner le site en pilotant à distance (100 m environ) les opérations, avec une petite base vie et un secrétariat.

Le site choisi est le camp militaire de Mailly, dans l'Aube, à 70 km au sud de Reims et à 4 km du plus proche village, idem pour le CSIMA (centre de stockage intermédiaire pour munitions anciennes) qui recevra les munitions chimiques (200 tonnes pour fin 2006) dans l’attente de leur destruction. L'usine, classée Seveso bas4, sera construite par Astrium, filiale du groupe EADS5.

Installations blindées et « classées pour la protection de l‘environnement » (ICPE, avec Commission locale d’information et de surveillance (CLIS), camions blindés, manipulations automatisées conduites à distance.
avatar
marcwolf
Admin

Messages : 1830
Points : 5419
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 52
Localisation : martigues

Voir le profil de l'utilisateur http://simulation-airsoft.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum