Simulation Air Soft

Les SMP Concurrence ou Complémentaire ?

Aller en bas

Les SMP Concurrence ou Complémentaire ?

Message  marcwolf le Mar 26 Juil - 17:33

Sans vouloir faire de la politique ,ou quoi que ce soit de ce genre ,je suis tombé sur un article dans un journal et par un ami qui est militaire de carrière j'ai entendu parlé des Sociétés Militaires Privé, qui sur le modèle des USA et Britannique ,commence à ce créé en France (à ne pas confondre avec les sociétés de gardiennage qui font eux aussi du bon boulot),pour des missions à l'étranger et des contrats sur le territoire Français ,dans un sens si ça peu permettre à l'état de gaspillé moins d'argent de nos impôts ,pourquoi pas et en plus ça crée des emplois, mais bien sur à chacun ces missions. Mais de ce fait je me demande ce qu'il adviendra de la responsabilité et du contrôle des gouvernements dans les conflits et autres problèmes dans le monde, voici donc l'article que j'ai trouvé :

Sociétés Militaires Privées : panorama et perspectives d’avenir

Si 80% des Français ont une bonne opinion de nos forces armées, l’augmentation des budgets qui leur sont alloués demeure paradoxalement une mesure impopulaire puisqu’elle se fait au détriment d’autres ministères. Le budget de la défense a malheureusement toujours servi de variable d’ajustement des finances de l’Etat. Cette démarche a généré une situation devenu inquiétante mais qui était prévisible : « les objectif de préparation opérationnelle des forces ont été difficilement atteint de 1997 à 2002. Les niveaux de disponibilités des matériels ont été très inférieurs aux objectifs visés. Ils sont critiques pour certains parcs (…). ».

Insuffisances budgétaires, obsolescence des matériels… sont donc autant de difficultés que les Sociétés Militaires Privées (SMP) peuvent exploiter afin de se positionner sur le marché de l’assistance militaire privée.

En quel avenir peuvent espérer les SMP et quelles services peuvent-elles apporter à la défense française et à une défense européenne en construction ? Quelle place les Etats Européens sont-ils prêts à leur donner ?

Panorama européen et français de l’assistance militaire.

Une Société de Sécurité Privée (SSP) est une société privée exploitant un savoir-faire de sûreté/sécurité, dans les domaines de l’audit, du conseil, de la formation-instruction, de l’assistance, de l’accompagnement et de la prévention/gestion de crise, au profit d’une (ou x) entreprise(s).

La SMP, quant à elle, est une société privée et/ou semi-publique exploitant un savoir-faire militaire au profit d’un Etat (et/ou de l’ONU, de l’Otan, de l’UEO,…) dans les domaines du conseil, de la formation-instruction et de la fourniture d’équipement. Volontairement nous élargirons la sphère des employeurs des SMP aux industriels qui, de plus en plus, sont demandeurs de sécurité lorsqu’ils démarchent des contrats dans des zones grises, zones qui demandent des services plus « musclés » que ne peuvent fournir les SSP. Ce sont les dispositions juridiques qui freinent les SSP dans leurs activités mais nombre d’entre elles franchissent parfois le pas et agissent plutôt à l’image de SMP.

L’émergence des SMP est un phénomène qui a migré des pays anglo-saxons vers l’Europe et bien sur la France. Les plus célèbres se trouvent majoritairement aux Etats-Unis. Ce sont MPRI, CSC Dyncorp, Blackwater… Leurs noms sont cités lorsque l’on évoque le conflit irakien, l’Afghanistan ou la lutte contre le narcotrafic en Colombie.

Des initiatives françaises et européennes se sont alors inspirées de modèles imaginés outre-Atlantique. Les SMP européennes les plus viables et les plus actives sont britanniques. La plus connue est Sandline International qui a été dissoute en 1998 mais dont le fondateur, Tim Spicer (ancien soldat des Scots Guards, vétéran des guerres d’Irlande du Nord et des Malouines), a pris le tête d’une autre SMP en 2002 : Aegis. Ceci au grand dam des ténors américains de l’assistance militaire privée puisqu’il a décroché le contrat de coordination de l’activité de toutes les SMP engagées en Irak, un contrat de plusieurs centaines de millions de dollars. Tim Spicer peut d’ailleurs remercier Tony Blair qui se « serait plaint au sommet de l’Etat américain que les sociétés britanniques n’avaient pas été récompensées des efforts de guerre du Royaume-Uni ».

Les SMP britanniques, ainsi qu’aux Etats-Unis, noueraient donc des liens privilégiés avec leur gouvernement, démarche qui n’est en aucun cas observée en France et ce pour deux raisons : un vide juridique au sujet de l’assistance militaire privée et la faiblesse du nombre d’acteurs présents dans le domaine.

En France, une seule société « ose » se définir comme une société militaire privée, il s’agit de Secopex une société naissante dont l’activité est encore assez limitée. Depuis un an, Secopex a employé plus d'une quinzaine de personnes entre les stages de formation à la protection rapprochée et des missions en RCI, au Kazakhstan, en Algérie et en Indonésie. Pour remplir ses missions, Secopex s’appuierait sur un réseau mondial de collaborateurs et un vivier de 660 personnes, la plupart étant d’anciens militaires. Secopex vient de formaliser un partenariat au Koweït et va prochainement s'y implanter. Secopex est par ailleurs la seule société française à avoir été invitée à la conférence organisée par le Royal United Services Institue (RUSI) et le Groupe d’Etudes Stratégiques de l’Université d’Oxford le 6 décembre 2004, et dont le thème sera « Les SMP dans l’ordre mondial actuel ».

Même si son activité est limitée, le but est de faire émerger une réflexion au sujet des « Société Militaire Privée » (marque déposée par Secopex), et donc de susciter le débat en France dans le but de concurrencer les SMP américaines.

D’autres sociétés, des SSP, se situent cependant sur le même créneau mais jouent sur une image plus axée autour de la sécurité, de l’intelligence économique et du conseil aux entreprises : Geos, Bd Consultants, Epée, PHL Consultants, Point Org Sécurité ou Sécurité Sans Frontière…

Hors de France, le groupe Earthwind Holding Corporation (EHC) est l’un des premiers à avoir permis à des français de travailler en Irak. Il a fournit à une société américaine 30 à 40 anciens militaires et policiers qui sont présents sur le sol irakien depuis octobre 2003. Ainsi, comme son site aime à le dire, le Groupe E.H.C est la seule société francophone réunissant sous la même enseigne des compétences en Sécurité-Sûreté / Assistance Militaire Privée - Support Opérationnel / Logistique - Mise à disposition de matériels et équipements – Formation.

Créé en 1999, à l’initiative de Bruno Trinquier et Marc Garibaldi, cette société, auparavant basée au Luxembourg, pour des raisons juridiques évidentes, est désormais installée aux Etats-Unis, et ce pour les mêmes raisons.

Des SMP au service de la France et de L’Europe ?

C’est une hypothèse, mais il semble que la question de savoir si la France ou l’Europe doivent accepter de voir se développer des SMP sur leur sol et passer des marchés avec elles soit déjà dépassée. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous ne sommes pas une exception dans la diplomatie mondiale et que la majorité des Etats développés contractent avec des SMP, tels des outils de politique étrangère (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Israël, Afrique du Sud, Russie, Canada…).

Il existe des missions à fort caractère diplomatique dans lesquelles la visibilité du conflit exige que la France intervienne. Le cas de la récente intervention en Haïti nécessitait l’envoi de militaires français puisque l’opération était conjointement réalisée avec les Etats-Unis ce qui permettait de montrer au reste du monde que les deux Etats s’étaient réconciliés. Toutes les opérations ne demandent pas la même visibilité et pourraient alors être réalisées par des SMP, quelles soient françaises ou européennes.

D’un point de vue purement français, le débat, si tant est qu’il existe réellement, évolue dans un contexte qui peut parfois le dépasser. Culturellement, la France est toujours fortement attachée aux prérogatives régaliennes de l’Etat, et elle cherche souvent à apparaître comme un fournisseur de sécurité, c’est son « gagne-pain diplomatique », elle ne souhaite pas forcément se cacher derrière des privés. Cependant, la mondialisation des échanges, conjugués à l’homogénéisation des normes juridiques, notamment au sein des Nations Unies, s’imposent bien souvent aux Etats et la France ne déroge pas à la règle, le choix lui est peut-être d’ores et déjà imposé. La France se piège également dans son propre jeu lequel consiste à défendre le droit international et les décisions de l’ONU. Cette dernière, malgré des avertissements, est un employeur des SMP, introduisant une sorte de labellisation des SMP. La France ne saurait aller à l’encontre de cette démarche onusienne.

Si la France ne se lance pas dans le domaine, elle risque d’avoir un jour besoin d’assistants militaires privés, et elle n’aura à sa disposition que des SMP anglo-saxonnes, surtout américaines, ce qui ne peut être concevable.

Les SMP recouvrent il est vrai des réalités qui demandent un contrôle strict de leur activité, on ne peut donc reprocher à la France sa prudence d’autant que les SMP anglo-saxonnes ont acquis une assez mauvaise image et ne doivent donc par être prises comme exemple. « Soit on refuse ces entreprises potentiellement dangereuses, soit on les régule pour en limiter les effets, auquel cas on doit au préalable les créditer d’une certaine légitimité ». La position française est la seule garante de la bonne évolution des choses et le seul rempart de notre singularité culturelle et politique. Cependant, quel homme politique serait prêt à défendre cette idée face à la réticence ambiante et aux faciles raccourcis journalistiques qui amalgament SMP et mercenaires ?

Du point de vue européen, la difficulté se situe dans une absence de consensus juridique sur la question du mercenariat. Si tous les Etats européens disposent de lois réprimant le mercenariat traditionnel, il n’y a pas de consensus européen quant à la signature ou la ratification de la convention des Nations Unies de 1989. Mais le contrôle de l’assistance militaire privée ne saurait se satisfaire de lois réprimant le mercenariat, il nécessite des dispositions spécifiques. Une position européenne est nécessaire de manière à éviter que des SMP peu recommandables s’installent dans les pays aux lois les plus laxistes.

La décision et le contrôle de l’emploi des SMP pourraient s’effectuer selon un schéma équivalent à celui des ventes d’armes. En France, la question pourrait être étudiée dans le cadre de la Commission Interministérielle pour l’Etude et l’Exportation des Matériels de Guerre (CIEEMG). Cependant, si au niveau national cette solution peut-être envisagée, au niveau européen, il n’existe toujours pas de mode de contrôle multilatéral efficace. Dans le cas du Code de Conduite Européen et de la Letter of Intent (LoI), il semble que les bases nationales persistent et nuisent à une politique européenne en matière d’exportation d’armements.

Dans le domaine de l’assistance militaire privée il semble que tout reste à faire. Sans être dans une situation d’urgence, il serait heureux que la France et les Etats européens définissent clairement leur position de manière à ne pas accentuer le retard pris sur les Etats-Unis dans ce domaine, tout en définissant une politique européenne claire seule garante de sa culture politique, culturelle et diplomatique.

Ministère de la Défense, Programmation Militaire 2003-2008 : projet de loi de programmation, DICoD, Paris, 2002.

OURDAN Rémy, L’irrésistible ascension du lieutenant colonel Tim Spicer dans l’eldorado de la sécurité privée à Bagdad, Le Monde, 30 juin 2004.

Les entreprises para-privées de coercition : de nouveaux mercenaires ? , Cultures et Conflits n°52, hiver 2003, L’Harmattan, Paris.
lien :http://commando-air-forum.forumotion.com/t1339-les-smp-concurrence-ou-complementaire

avatar
marcwolf
Admin

Messages : 2029
Points : 6014
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 54
Localisation : martigues

Voir le profil de l'utilisateur http://simulation-airsoft.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum