Simulation Air Soft

5 novembre 1942 : Madagascar capitule. Les Alliés trouvent Madagascar au bord de l’asphyxie économique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

5 novembre 1942 : Madagascar capitule. Les Alliés trouvent Madagascar au bord de l’asphyxie économique.

Message  marcwolf le Jeu 6 Nov - 5:59

5 novembre : Madagascar capitule. Les Alliés trouvent Madagascar au bord de l’asphyxie économique.
L'opération Ironclad (mot anglais signifiant « cuirassé », « blindé »), appelée également bataille de Madagascar ou bataille de Diego-Suarez, correspond à l'invasion britannique de la colonie française de Madagascar, alors sous l'autorité du gouvernement de Vichy.
Il s'agit d’une invasion britannique de la colonie française de Madagascar, alors sous l'autorité du gouvernement de Vichy, opération décidée sans avertir la France libre du général de Gaulle .

Craignant que l’Inde se retrouve isolée, les forces britanniques mènent, le 5 mai 1942, l’opération Ironclad, appelée également bataille de Madagascar ou bataille de Diego-Suarez.
En effet, Londres ne veut pas reproduire les échecs des précédentes opérations menées conjointement avec la France libre contre les territoires français : l'opération de Dakar où des Français de l'armée de Vichy, censés rallier Charles de Gaulle, avaient au contraire tiré sur les Alliés, et le semi-échec de la campagne de Syrie où les Britanniques, ayant réussi avec les FFL à chasser les autorités de Vichy et ayant pour but de s'installer à Beyrouth et Damas, s'étaient vus quelque peu remerciés et évincés de la région par les envoyés de De Gaulle.

La bataille de Madagascar sera ressentie très durement autant par la France de Vichy que par la France Libre, chacune la considérant comme une agression britannique contre un territoire français, ce qui aura des conséquences sur l'attitude de chacune :
C'est en ayant cette invasion à l'esprit qu'à la Libération, de Gaulle luttera pour préserver des Alliés l'indépendance nationale, et c'est parce qu'ils y verront un précédent que les Français d'Afrique du Nord tireront d'abord sur le débarquement allié en novembre 1942, le manque de coordination entre Alliés et autorités d'Alger (Giraud était finalement absent) ne faisant annuler que tardivement l'ordre de résister à l'invasion.
Au début de l'année 1942, les dirigeants des forces alliées pensent que les ports de Madagascar pourraient être utilisés par les Japonais.

Par ailleurs, les Allemands surveillent de près si le gouvernement de Vichy fait son possible pour maintenir le pays dans la neutralité.

Après la conquête de l'Asie du Sud-Est (à l'est de la Birmanie à la fin de février 1942), le haut commandement japonais déplace son axe d’effort vers l’Ouest. Les sous-marins de la flotte impériale japonaise se déplacent librement dans l'ensemble de l'océan Indien. Du 31 mars au 10 avril 1942, les Japonais mènent des raids sur les ports britanniques dans l'océan Indien en particulier sur Colombo, Trincomalee et Batticaloa situés sur l'île de Ceylan.

Ce raid conduit les Britanniques à déménager dans une nouvelle base, plus lointaine : Kilindini, proche de Mombasa, au Kenya. De ce fait, le passage de la flotte britannique ouvre aux Japonais un nouvel angle d'attaque.

Si elles utilisent les bases de Madagascar, les forces navales japonaises menaceront les lignes de communication alliées dans une région qui s'étend du Pacifique au Moyen-Orient et à l'Atlantique sud, affectant également le ravitaillement de la 8e armée et de la flotte britannique de l'Est, dans les océans Indien et Pacifique.

Le états-majors britanniques décident de lancer un assaut amphibie sur Madagascar. Le plan est connu sous le nom d'« opération Ironclad ». Les forces alliées s’appuient principalement sur la British Army et la Royal Navy. Elles sont commandées par le major-général Robert Sturges des Royal Marines.

Les forces alliées navales sont composées de plus de 50 navires, établis à partir de la Force H, de la British Home Fleet et de la flotte britannique de l'Est, commandée par l'amiral Edward Neville Syfret (en).

La flotte comprenait l'Illustrious, son navire-jumeau l'Indomitable et le vieux Ramillies afin de couvrir le débarquement.
Le 5 mai 1942, à 5h10, des explosions de bombes et de torpilles détruisirent les quelques bâtiments de guerre français, qui se trouvaient dans le port de Diego-Suarez. Tous les avions et les navires de la base furent détruits, à l'exception de l'aviso colonial d'Entrecasteaux.

Certains avions lâchaient des tracts réclamant la reddition immédiate et inconditionnelle de l'île.

Les troupes britanniques ont débarqué dans la baie d’Ambararata et dans la baie Courrier, juste à l'ouest du grand port de Diego-Suarez, à la pointe nord de Madagascar. La garnison, sous le commandement du général Guillemet et du capitaine de vaisseau Maerten, d'environ 4 000 hommes, dont 800 Européens, réussit à contenir les assaillants durant toute la journée.

Le général Sturges, commandant des troupes de débarquement, demanda au HMS Ramilllies d'éliminer le d'Entrecasteaux dont le tir précis empêchait la progression à terre. Devant le surnombre l'aviso dû s'échouer, mais les canonniers continuèrent à riposter.

Pendant ce temps, une attaque de diversion était organisée à l'est. Sous le couvert de la nuit, le destroyer Anthony se glissa à l'intérieur du port et y débarqua un détachement de marines du Ramillies. Ceux-ci s'infiltrèrent en arrière des lignes et s'emparèrent de plusieurs points stratégiques.

L'attaque principale fut lancée au jour, le 6 mai, elle perça les défenses : au bout de quelques heures, la dernière batterie côtière se rendit.
Le sous-marin Le Héros, rappelé de l'escorte d'un convoi par le commandant Maerten, atteignit la baie du Courrier mais y fut attaqué par la corvette Genista, puis par des appareils de l'Illustrious. Il coula à 5 heures, le 7 mai, vingt-sept membres de son équipage trouvèrent la mort. Un autre sous-marin, le Monge, fut détruit le lendemain, après avoir essayé de torpiller l’Indomitable.

Le 7 mai, après de violents combats, les forces françaises se retirent vers le sud, Diego-Suarez est prise par les Britanniques.
Les sous-marins japonais I-10, I-16 et I-20 sont arrivés le 29 mai, trois semaines après le débarquement1. Le I-18, lui, n'arrivera pas à temps, retardé et endommagé par une grosse mer.

L'avion de reconnaissance de l'I-10 a repéré le HMS Ramillies ancré dans le port de Diego-Suarez, l'avion ayant été repéré, le Ramillies s’est déplacé. Toutefois lI-20 et lI-16 ont lancé deux sous-marins de poche, dont l'un a réussi à entrer dans le port et a tiré deux torpilles, malgré les grenades anti-sous-marines lancées par deux corvettes.

Une torpille a gravement endommagé le Ramillies, tandis que la seconde a coulé le pétrolier britannique Fidélité, qui fut renfloué plus tard.

Le Ramillies, a été, par la suite, réparé à Durban et Plymouth.

Leur sous-marin de poche (M-20b) échoué, à Nosy Antalikely, le lieutenant Saburo Akieda et maître Masami Takemoto, se déplacent à l'intérieur des terres, près du Cap d'Ambre, pour se cacher. Toutefois, repérés, quand ils ont acheté de la nourriture dans un village, ils ont été tués dans une fusillade avec les Royal Marines, trois jours plus tard.

Le deuxième sous-marin de poche (M-16b) a été perdu en mer et le corps de l'un des membres d'équipage a été retrouvé, le lendemain.
François Darlan, alors commandant en chef des forces de Vichy (tandis que Pierre Laval est chef du gouvernement), ordonne de résister jusqu'au bout, y compris par des actions de guérilla. Les hostilités se poursuivent pendant plusieurs mois.

En remplacement des deux brigades de la 5e division d'infanterie britannique transférées en Inde, le 22 juin, la brigade de l’Afrique de l'Est (King's African Rifles), la 7e brigade motorisée sud-africaine de la 3e division d’infanterie et la 27e brigade d'infanterie rhodésienne arrivent à Madagascar.

Le 10 septembre la 29e brigade et un groupe de la 22e brigade débarquent à Majunga, dans le nord-ouest, afin de relancer les opérations offensives alliées.

La progression britannique est lente à cause des petites escarmouches avec les forces armées de Vichy, et des dizaines d'obstacles érigés sur les routes principales. Toutefois, les forces de Vichy ne combattent pas réellement et c’est sans trop d'opposition que les Alliés capturent la capitale, Tananarive, puis la ville d'Ambalavao.

Le 18 octobre, Andramanalina tombe.

Le 6 novembre, un armistice prévoyant notamment le maintien d'une souveraineté française est signé à Ambalavao. Le 8 novembre 1942, le gouverneur général Armand Annet capitule près d'Ihosy, dans le sud de l'île2. Sur les 1 200 Français faits prisonniers, 900 se rallient à la France libre
[img][/img]
avatar
marcwolf
Admin

Messages : 1888
Points : 5593
Date d'inscription : 21/01/2011
Age : 53
Localisation : martigues

Voir le profil de l'utilisateur http://simulation-airsoft.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum